logo marqueze

L'architecture de l'airial landais. Retour aux origines

Instagram story programmation 2020 4 copy

À l’occasion des cinquante ans du Parc naturel régional des Landes de Gascogne et de l’Écomusée, l’exposition « L’architecture de l’airial landais. Retour aux origines » met en valeur un sujet à l’origine de la création du quartier de Marquèze : l’airial.

Forte de nouvelles avancées scientifiques, elle a pour ambition de retracer ses transformations architecturales au cours du temps. Quel impact a eu la création du massif forestier sur ce cadre de vie? Que connaissons-nous de l’architecture agropastorale? Que reste-t-il a étudier ?

Marquèze vous permet de remonter le temps… Vous pouvez continuer sur la lancée votre visite au Pavillon ! L’exposition débute par la période industrielle, peu connue dans la connaissance de l’airial: l’occasion de (re)mettre en perspective cet ensemble architectural qui a fait l’identité des Landes de Gascogne autant que la forêt de pins.

Et parce que l’airial et ses habitants questionnent autant qu’ils inspirent, l’exposition fait aussi le point sur la vision qu’ont eue les artistes et les auteurs de ce territoire, entre désert et oasis idyllique. Autrefois lieu de dur labeur, l’airial devient un refuge au milieu d’une nature accueillante et reposante. Qui sont ces nouveaux propriétaires qui ont redonné vie à certaines anciennes exploitations agricoles ? Quels sont les enjeux de leur préservation ?

Pour aujourd’hui comme pour demain, l’exposition réfléchit sur les nouvelles perspectives à donner à cette architecture qui parvient tant bien que mal à traverser les siècles...

Zoom sur une des oeuvres de l'exposition

Gabarits images optimés pour CMS 800x500dpi

Ce manteau de cheminée est l’une des œuvres inédites présentées à l’occasion de l’exposition temporaire au Pavillon. Dernière acquisition de l’Écomusée en 2019, il est composé d’une structure en chêne et de bas-reliefs décorés en plâtre. Il mesure 1,50 mètres de long et a été réalisé dans les années 1924-1925.

L’artiste des décors en plâtre n’est autre que Lucien Danglade. Sculpteur formé par Charles Despiau, il est essentiellement connu pour ses bas-reliefs sur les façades de bâtiments publics et de lieux de sociabilité. Ses sujets de prédilection sont les représentations de gemmeurs et de chasseurs.

En façade de cette œuvre, un berger est adossé à des troncs d’arbre, dont on devine qu’il s’agit de pins grâce aux petits pots de résine qui y sont accrochés. Ses moutons sont allongés auprès de lui, dans un paysage imaginaire fait de larges plaines et d’une colline vaguement esquissée en arrière-plan. Sur l’un des côtés, c’est une porteuse d’eau qui se dresse fièrement, occupée à sa tâche quotidienne.

Les montants en bois sculpté finissent de planter le décor, formant une description intemporelle de ce qui constitue les Landes pour nombre d’artistes et de voyageurs. Parmi les pignes de pins et les arbres chahutés par le vent, se dresse une ferme landaise quelque peu énigmatique, au détour d’une route qui semble déserte.

Ces sculptures sur bois ont été dessinées par Jean-Roger Sourgen, propriétaire du manteau et lui-même artiste de référence dans les Landes. Sa signature est discrètement apposée à côté de la sculpture de la ferme. Le manteau était en effet disposé dans sa villa poétiquement intitulée « Rêver, Peindre, Chasser » et située à Hossegor. Peintre autodidacte de l’entre-deux-guerres, il est célèbre pour ses représentations de paysages sur toiles et ses décors dans les mairies.

La cheminée est à l’époque l’un des lieux centraux des maisons landaises. Seule source de chaleur, elle est souvent située dans la salle commune ou, lorsqu’elle existe, dans la cuisine. Habituellement construite en briques et en bois en Haute Lande et en calcaire dans le Bazadais et les Petites Landes, elle concentre souvent les éléments décoratifs identitaires des occupants de la maison.

Dans la villa de Jean-Roger Sourgen, construite par son ami et architecte renommé Henri Godbarge, deviser au coin du feu restait le privilège de quelques uns de ses intimes...

 --

Exposition temporaire "L'architecture de l'airial landais. Retour aux orgines"

Au Pavillon de l'Ecomusée de Marquèze

Du 4 avril au 1er novembre 2020 

L'accès aux expositions est inclus dans les tarifs de visite de l'Ecomusée de Marquèze

Tarifs visite des expositions seules
Adulte: 6€ (réduit 4€)
Jeune (4>18ans): 5€ (réduit 3€)

--

PNR des Landes de Gascogne  Écomusée de Marquèze   Mathilde BOIS Chargée des expositions-éditions

Gardons le contact !
Recevez notre lettre d’information

Suivez-nous !

Nous joindre

Formulaire de contact

Logo du Parc naturel régional des Landes de GascogneL'écomusée est un équipement
du Parc naturel régional
des Landes de Gascogne

Musées de France
Adhérent FEMS
Label Qualité Tourisme
Trip advisor

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies nous permettant de réaliser des statistiques de visites.