logo marqueze

Trucs et astuces pour (réussir) vos semis

L'écomusée devait mettre à l'honneur ses jardins ce dimanche 19 avril, à l'occasion de l'événement «Troc de graines», mais, un individu de la famille des coronaviridae a quelque peu bouleversé les plans... Alors, avec cette même volonté de partage et transmission, les équipes de l'écomusée ont souhaité vous offrir un nouvel article de blog pour apprendre à jardiner malin !

Cela n'aura échappé à personne, le printemps s'est bel et bien installé dans les rues, les parcs, les jardins. La végétation se révèle, peu à peu, sous ses plus belles couleurs... En cette période de confinement, certains d'entre vous ont peut-être la chance de pouvoir s'occuper à jardiner. C'est alors que seul ou en famille, on s'évade, on teste, on découvre et parfois même: on goûte ! Avec ce nouvel article de blog et sur la base de précieux conseils des anciens et astuces d'aujourd'hui, Frédérique, animatrice et médiatrice culturelle à l'écomusée, espère satisfaire tout le monde: les mains vertes expertes ou les curieux en herbe ! Elle vous a concocté un bouquet de « trucs et astuces » pour (bien) commencer vos semis de façons ludique, économique et accessible à tous ! 

Pensez à tenir compte de la lune

En lune « nouvelle » ou « montante » ou encore «croissante», cette phase correspond à la période qui va du premier quartier jusqu’à la pleine lune. Si vous regardez la lune à cette période, elle forme un croissant à gauche. Il faut semer alors « tout ce qui monte », c'est-à-dire tout ce qui donnera en aérien (salades, blettes, tomates, poivrons, aubergines, petits pois, haricots…). En lune « vieille » ou « descendante » ou encore « décroissante », cette phase correspond à la période qui va de la pleine lune au dernier quartier. Si vous regardez la lune à cette période, elle forme un croissant à droite. Il faut donc semer « tout ce qui descend », c'est-à-dire tout ce qui donnera sous terre (patates, radis, navets, carottes, betteraves, poireaux, oignons…).

lune montante descendante

Bien sûr, en plus de ce rythme lunaire, il faut tenir compte des variétés plus ou moins rustiques, ainsi que des saisons.

Expérimentez une autre technique de semis

Pour changer un peu des semis classiques en godets, j'ai tenté de faire des semis en bouteilles. C’est simple, économique et recyclable !

Je m'explique :

Tout d’abord, il vous faut quelques bouteilles et/ou cubis d’eau avec bouchons (attention transparent, pas opaque !), un cutter, du scotch (résistant à l’humidité), des billes d’argile (ou ce que vous avez, pour nous ce sont des bouts de tuiles brisés, ou même du carton), du terreau et des graines bien sûr !

IMG 20200406 1411202

Get 10 off on all astries today 123 Anywhere St. 1Ensuite, il faut découper la partie supérieure de la bouteille (1/3 environ), y mettre le substrat et de l’eau à niveau. Cette étape permet de maintenir une bonne humidité dans la bouteille.

Puis, ajouter le terreau (une bonne poignée pour une bouteille), semer ses graines et refermer hermétiquement la bouteille. Ceci afin de créer une micro-serre qui se régulera toute seule. Avec ce système, il n’y a pas besoin d’arroser !  

Il suffit ensuite d’inscrire la variété et la date sur la bouteille, et faire preuve de patience...

Au fur et à mesure que le plant poussera, il vous suffira d’ajouter du terreau pour renforcer le pied et éviter ainsi de fragiliser les petites racines avec le repiquage traditionnel. Les plants pourront alors être transplantés sur l’emplacement définitif, au moment le plus propice.

 NB: au fur et à mesure du développement de la plante, pensez à retirer la partie supérieure du récipient.

Quelques autres astuces, faciles et économiques !

290px Illustration Urtica dioica0 cleanBoostez vos plants

Si vous n’avez pas les moyens, le temps ou l’envie de fabriquer du purin d’ortie, il y a un autre moyen plus simple d’aider vos plants à reprendre racines. Au moment où vous mettrez en place vos plantations dans le potager, mettez une poignée d’orties froissées ou coupées dans le trou. Cette « super » plante (si, si !) dégagera une forte dose d’azote en se décomposant. L’azote étant vital pour le développement des végétaux, cela leur donnera un petit coup de pouce !

Soignez vos semis

Bien souvent, lorsque nous réalisons nos propres semis, nous sommes confrontés à ce que l’on appelle « la fonte du semis ». C’est une maladie cryptogamique, c’est un champignon en fait. Elle arrive bien souvent lorsque le terreau est trop humide, ou lorsqu’il y a de trop grands écarts de température. Les plants s’amincissent alors au niveau du pied, et meurent. Cette maladie se propage très vite ! Il faut rapidement supprimer les plants touchés et tenter de sauver les autres, et éviter que les suivants soient également touchés.

Pour cela, je vous livre une astuce de grand-mère réalisable à la maison avec une plante elle aussi magique: l’ail !

En effet, l’ail, en plus d’être (entre autre) un puissant vermifuge, a des propriétés anti cryptogamiques.

Pour prévenir la fonte des semis, procédez comme suit :

  • Hachez 100 g d’ail (inutile de l’éplucher).
  • Mettez les dans une casserole et ajoutez 1 litre d’eau.
  • Portez à ébullition et laissez mijoter pendant 20 minutes.
  • Laissez refroidir avec un couvercle.
  • Filtrez avec un tissu (ou un tamis fin) et transvaser dans votre pulvérisateur ou un spray.
  • Pulvérisez sur vos semis avant la levée puis les premiers jours suivant celle-ci.

 Voilà, il ne vous reste plus qu'à enfiler les gants et commencer vos semis !

 

 Écomusée de Marquèze  Frédérique Animatrice et médiatrice culturelle à l'écomusée de Marquèze.

Gardons le contact !
Recevez notre lettre d’information

Suivez-nous !

Nous joindre

Formulaire de contact

Logo du Parc naturel régional des Landes de GascogneL'écomusée est un équipement
du Parc naturel régional
des Landes de Gascogne

Musées de France
Adhérent FEMS
Label Qualité Tourisme
Trip advisor

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies nous permettant de réaliser des statistiques de visites.